Distributeurs à proximité
compo image

Thermes de recherche fréquents

Distributeurs à proximité
compo image

Tailler le pommier

En plus d’une exposition ensoleillée et d’un sol riche, un entretien adéquat joue également un rôle pour profiter d’une abondante récolte de pommes en fin d’été ou en octobre : une taille régulière permet non seulement de donner une forme au pommier, mais aussi de favoriser sa vitalité. Car si les tiges sont trop vieilles, se masquent mutuellement la lumière ou se gênent, sa vigueur décroît lentement et l’abondance de la récolte est malheureusement reléguée au passé. Nous vous révélons comment et quand tailler le pommier pour profiter durant de nombreuses années de délicieuses pommes !

compo image

Quand peut-on tailler le pommier ?

Le moment idéal pour une taille classique est, selon la météo, de novembre à mars. Cette taille est appelée « taille d’hiver ». Elle stimule une nouvelle croissance de l’arbre. Préférez un jour sans pluie et aux températures douces pour ce faire. Il faut en outre que de fortes gelées ne soient plus à craindre. Dans les régions aux hivers rigoureux, il est préférable d’attendre jusqu’à février ou mars.

Il existe de plus une taille d’été en août, qui est juste cosmétique. Si vous avez un pommier dans votre jardin dont la croissance est particulièrement rapide, et que vous souhaitez contenir celle-ci quelque peu, vous pouvez aussi réaliser la taille classique en été.

Pourquoi faut-il tailler les pommiers ?

Une taille régulière n’a pas seulement un rôle esthétique, mais est nécessaire pour le bon développement de l’arbre. Car l’alimentation de toutes les tiges et fruits lui demande à la longue beaucoup de forces et de nutriments. Délaisser un arbre pendant quelques années risque de produire de petits fruits moins savoureux. Éclaircissez au contraire l’arbre, de sorte à ne conserver qu’un ou deux fruits par inflorescence et permettre aux autres pommes de mieux se développer. Par ailleurs, l’éclaircissement de la fructification permet à l’arbre de créer de nouveaux boutons floraux - et donc une récolte abondante - pour l’année suivante.

Tailler le pommier - à chaque arbre la taille adéquate

La taille diffère quelque peu selon que le pommier est en forme de demi-tige, haute tige, quenouille, pyramide ou colonne. Tandis que la taille des grands pommiers à centre ouvert nécessite impérativement de grimper sur une échelle et d’y consacrer pas mal de temps sur son temps libre, celle d’un arbre à port colonnaire est très simple :

Les pommiers en gobelet et les hautes tiges sont des arbres à « centre ouvert », c’est-à-dire sans flèche. On raccourcit le scion (tige principale), car il est susceptible de devenir vraiment haut, ce qui compliquerait la récolte et l’entretien de l’arbre. Au lieu de cela on favorise trois à quatre branches latérales vigoureuses qui évoluent en branches charpentières et sur lesquelles se formeront de nouvelles tiges latérales au fil du temps. Ainsi les arbres en gobelet et les hautes tiges forment-ils de beaux pommiers avec des couronnes semi-cylindriques.  

Sur un arbre en quenouille ou en pyramide, le scion reste la flèche. Ceci correspond aussi aux particularités de croissance de ces arbres. Pour les amatrices et amateurs de pommes, la récolte sera toutefois simplifiée (ce qui ne serait pas le cas avec une haute tige), car les arbres en quenouille et les pyramides poussent moins en hauteur : ils ne mesurent souvent que deux bons mètres de haut.
De part et d’autre du scion central se forment des branches latérales, dont quelques-unes serviront de charpentières. Les couronnes des arbres en pyramide et en quenouille sont de ce fait plutôt pyramidales ou coniques. Tous deux ont besoin en outre d’un tuteur soutenant la flèche. Comme les arbres en quenouille sont connus, outre leur forme compacte, pour l’abondance et la fiabilité de leur récolte, ils sont très plébiscités en arboriculture. On trouve souvent dans les jardins privés des arbres en quenouille et en pyramide.

L’arbre au port colonnaire forme une tige centrale puissante dont partent quelques tiges latérales. Si celles-ci deviennent trop longues, raccourcissez-les à la cisaille à 10 à 15 cm. Si le tronc devait devenir trop haut au bout de quelques années, il est possible en fin d’été de le tailler au-dessus d’un rameau latéral. L’arbre en colonne évoque, de par sa forme, une colonne.

compo image

Pommier avec couronne pyramidale

Tailler le pommier - mise en forme

La taille d’hiver est incontournable après la plantation des jeunes pommiers, pour un bon développement. Ce que l’on appelle la taille de plantation permet une meilleure ramification du pommier et la création d’une belle couronne pyramidale, ainsi que l’absence de concurrence entre les tiges verticales.

Suivez les conseils ci-après.

  1. Pour que le pommier ne s’épuise pas à délivrer son énergie sur plusieurs tiges, il convient de ne laisser que trois à cinq branches latérales. Choisissez de préférence de belles branches bien marquées faisant un angle de 45 degrés par rapport à la tige principale. Ces tiges latérales forment les « branches charpentières » du pommier. Les tiges verticales sont à l’inverse en concurrence avec la tige principale et doivent donc être coupées. Même les rameaux poussant vers l’intérieur, fortement courbés vers le bas ou se croisant empêchent une croissance saine et une récolte abondante.
  2. Veillez à ne pas blesser le collet, c’est-à-dire le renflement en forme de bourrelet à l’aisselle de la branche, pour favoriser une meilleure cicatrisation.
  3. Coupez les tiges latérales restantes à la même longueur. Coupez chaque branche d’environ deux tiers.
  4. Puis rabattez la tige principale à 20 à 30 cm au-dessus des branches latérales.

Conseil :

Retrouvez dans notre contribution « Bien tailler les arbres » de nombreux autres conseils. Car il est tout à fait possible de faire des erreurs qui facilitent l’apparition d’agents pathogènes pénétrant dans l’arbre et l’endommageant.

Pommier avec couronne pyramidale

Tailler le pommier - pour une croissance saine

Après avoir effectué la taille de plantation, il s’agit à présent de la conserver et de veiller à une croissance saine. Tout comme pour la taille de plantation, ôtez aussi lors de la taille de formation toutes les tiges latérales poussant verticalement et susceptibles de faire concurrence à la flèche et donc d’amoindrir la mise à fleurs et la récolte. Les branches poussant parallèlement peuvent également se concurrencer. Choisissez ici la plus belle tige. Enlevez de même les branches poussant vers le bas ou vers l’intérieur. Tuteurez les tiges très longues et mettez-les en forme. Il convient de plus de veiller au rapport entre bourgeons à fruits et bourgeons à bois. Car les feuilles qui effectuent la photosynthèse sont irremplaçables. Si l’on ne laisse que les bourgeons à fruit en espérant une récolte particulièrement abondante, la déception sera forte l’année suivante. Pour tailler le pommier, commencez de préférence de l’extérieur vers l’intérieur.

La taille de formation sera effectuée annuellement au cours des cinq à dix premières années. Sur un arbre à croissance très lente, il est possible d’attendre une ou deux saisons avant de procéder à une taille, mais il est déconseillé de différer la taille d’un pommier de quelques années pour intervenir de façon radicale. Car une taille trop sévère provoque en réaction une croissance excessive de l’arbre, ce qu’il faut éviter.

Conseil pour les gourmands

Lors de tailles sévères, des gourmands peuvent apparaître sur la face supérieure des tiges. Il s’agit ici de longues et minces tiges, également qualifiées de gourmands, possédant peu de feuilles et « poussant » verticalement en hauteur. Il est conseillé de les supprimer aussi tôt que possible tant qu’ils sont encore tendres et souples et peuvent s’enlever facilement à la main. Si vous découvrez en été quelques gourmands sur votre pommier, n’attendez pas la prochaine taille au printemps, mais ôtez-les le plus vite possible. S’il reste encore quelques vieux fruits desséchés, appelés fruits momifiés, supprimez-les pour le plus grand bénéfice du pommier. Ne les jetez pas au compost, mais dans la poubelle de déchets verts ou ménagers, car ils sont souvent porteurs de nombre d’infections.

compo image

Pommier avec couronne pyramidale

Tailler le pommier - Cure de rajeunissement

Au fil des ans, les tiges fructifères perdent de leur vigueur et de leur vitalité. C’est pourquoi une taille de conservation ou de rajeunissement est importante. Vous permettrez ainsi à votre pommier d’avoir encore une superbe floraison même dix ans après. Car si vous ne le taillez pas pendant plusieurs années, il est possible que l’arbre soit très productif tous les deux ou trois ans puis totalement improductif dans l’intervalle. Si vous souhaitez profiter d’une récolte régulière, fiable et constante, ne négligez pas l’entretien du pommier pendant trop longtemps.

Veillez à ce que la couronne de l’arbre ne grossisse ni ne s’étale toujours plus, mais essayez de conserver une forme pyramidale. Afin que la couronne de l’arbre reçoive suffisamment de lumière et d’air en son centre, un éclaircissement régulier — c’est-à-dire la suppression de gourmands ou de branches en concurrence ou poussant vers l’intérieur — est indispensable. Les feuilles ont besoin de lumière pour la photosynthèse et l’air circulant entre les branches permet aux feuilles de sécher rapidement après une averse en été, de sorte à freiner le développement de maladies cryptogamiques.

Regardez par ailleurs comment se développe votre pommier sur la durée : quelles sont les vieilles branches qui fructifient à peine ou qui sont déjà sèches, où se sont formées de nouvelles branches qui peuvent maintenant assurer un rôle principal ? Par conséquent, taillez les anciennes tiges peu productives et laissez aux plus jeunes branches la chance de fleurir.

Pommier de forme conique

Tailler le pommier en quenouille - quelques conseils

Tout comme les pommiers en pyramide, les pommiers en quenouille sont conduits avec une flèche centrale dont partent quatre branches charpentières à l’horizontale. Recherchez après la plantation quatre branches latérales bien prononcées poussant à environ 60 à 90 cm au-dessus du sol. Ôtez toutes les autres tiges latérales. Coupez la flèche à environ trois yeux au-dessus du rameau latéral le plus haut.

La taille d’été en août suit la taille de plantation. Ici tous les nouveaux rameaux qui poussent verticalement vers le haut doivent être coupés. Arquez prudemment vers le bas les rameaux latéraux qui poussent trop vers le haut, de sorte qu’ils soient presque à l’horizontale. Fixez à présent sur le tiers supérieur de la branche un lien en caoutchouc ou une corde en fibre de coco et entourez l’autre extrémité de la ficelle autour du tronc. Ceci permet d’arquer le rameau latéral vers le bas presque à l’horizontale. Veillez à ne pas serrer excessivement les branches et le tronc et arquez les branches avec précaution pour ne pas risquer de les casser. N’attachez les charpentières vers le bas que si elles sont déjà un peu vigoureuses.

Au fil des ans, vous pourrez enlever les arcures si les charpentières restent bien à l’horizontale. Par ailleurs, supprimez les tiges poussant vers l’intérieur et raccourcissez les tiges de longueur excessive, non ramifiées. Supprimez également les branches poussant à l’intérieur de la couronne ou descendant en flèche. Si d’autres branches latérales se forment au-dessus, vous pouvez les arquer et les conduire à l’horizontale. Au fil du temps, vous obtiendrez une couronne conique, bien ramifiée.

compo image

Comment rajeunir d’anciens pommiers négligés ?

Les très vieux pommiers qui ont été un peu négligés au fil des ans font souvent penser à des balais hirsutes. Ceci est probablement dû au fait que les branches dans la partie supérieure de la couronne sont tellement denses et ramifiées, qu’ils rappellent les petits balais en paille ou petit bois. Très peu de lumière parvient à l’intérieur de l’arbre à cause de ces ramifications. On ne trouve souvent plus les fleurs et les fruits que dans le tiers supérieur de la couronne. Même si nombreux oiseaux du jardin trouvent cela fort à leur goût, il est rare que nous puissions en profiter, car les pommes sont souvent inaccessibles sans échelle ni contorsions.

Une taille de rajeunissement radicale est donc le seul remède utile dans ce cas : taillez toutes les anciennes tiges qui ne fructifient plus et ôtez les nombreux petits balais de la couronne. Par ailleurs, tout comme pour la taille de conservation, coupez tous les rameaux poussant vers l’intérieur ou vers le bas ainsi que ceux en concurrence. Vous apporterez ainsi plus de lumière et d’air à la couronne de l’arbre. Une taille sévère présente l’inconvénient de produire de nombreux gourmands l’année suivante. Il convient de les supprimer le plus vite possible. Si vous avez de la chance, votre pommier se remettra très vite pour vous offrir de délicieux fruits !

compo image
Protection des plantes

COMPO LacBalsam Baume Cicatrisant

Cicatrisant pour plaies de taille - prévient les infections fongiques et stimule la cicatrisation au point de césure !

Vers le produit

Bien tailler

Cette contribution fournit les instructions pour pratiquer la taille et nombreux autres conseils avec photographies détaillées sur les techniques de taille.

Vers la contribution

Partager

Inscription à la newsletter

Restez informés

Recevez des conseils d’entretien saisonniers et des inspirations concernant le jardin, le gazon, les plantes, la décoration et bien davantage dans notre newsletter.

 

MERCI BEAUCOUP POUR VOTRE INSCRIPTION!

 

Vous recevez dès à présent une confirmation électronique. Cliquez sur le lien qu’elle contient pour confirmer votre inscription.

Veuillez saisir votre adresse mail.

Veuillez confirmer votre accord en cochant la case.

compo image

COMPO. De belles plantes, tout simplement.

Peu importe que l’on ait deux mains gauches ou la main verte: ensemble pour une qualité de vie plus verte.

Suivez COMPO sur:

En savoir plus sur COMPO